+33 (0)4 27 11 83 60

Blog

Le point sur la loi anti-fraude TVA et la conformité des logiciels

Retour au blog
Le point sur la loi anti-fraude TVA et la conformité des logiciels
laptop-2282328_640.png*** Communiqué du ministère de l'Action et des Comptes Publics du 15 juin 2017 ***
Le ministère a décidé de recentrer et de simplifier le dispositif de loi de finances pour 2016 visant l'usage de logiciels de caisse, de comptabilité et de gestion certifiés, dont l'entrée en vigueur est prévue pour le 1er janvier 2018. Finalement, seuls les logiciels et systèmes de caisse seront concernés par cette échéance.

En rappel, ci-dessous ce qui était prévu jusqu'alors dans le cadre de cette loi de finance.
À compter du 1er janvier 2018, les redevables de la TVA qui enregistrent les règlements de leurs clients au moyen d’un logiciel de comptabilité ou de gestion ou d’un système de caisse, y compris accessible en ligne, doivent obligatoirement utiliser un logiciel ou un système répondant à des critères de conformité et à des conditions d’inaltérabilité, de sécurisation, de conservation et d’archivage des données.
 
Les données concernées par l’obligation d’inaltérabilité, de sécurisation, de conservation et d’archivage sont celles qui concourent directement ou indirectement à la réalisation d’une transaction de vente ou de prestation de services par l’émission d’une note, d’un ticket, d’une facture, ainsi que de toutes les données liées à la réception du paiement en contrepartie.
 
Tous les assujettis à la TVA, même ceux exonérés ou bénéficiant de la franchise en base sont concernés par cette nouvelle obligation légale.
 
certificate-2247460_640.pngLe respect des conditions énoncées ci-dessus peut être établi soit par la représentation d’un certificat délivré par un organisme accrédité, soit par une attestation individuelle de l’éditeur du logiciel de comptabilité ou de gestion ou du système de caisse.
Attention, l’entreprise qui ne pourra pas justifier de la conformité des logiciels ou système utilisés sera passible d’une amende de 7 500 € et la représentation d’un faux certificat ou d’une fausse attestation est un délit pénal passible de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende.

En raison de la simplification annoncée par le ministère le 15 juin 2017, les solutions de gestion éditées par B-APPLI ne sont plus concernées par la certification initialement demandée. Nous restons néanmoins en veille sur ce sujet et nous ne manquerons pas de vous tenir informé le cas échéant.

Voir aussi

CAPEX choisit B-APPLI

CAPEX choisit B-APPLI

La start-up Street Food fait appel à B-APPLI

La start-up Street Food fait appel à B-APPLI

B-NOMAD : votre application mobile pour la prise de commande

B-NOMAD : votre application mobile pour la prise de commande

Actualités

Pourquoi choisir un ERP SaaS ?

Pourquoi choisir un ERP SaaS ?

Les ERP (ou progiciels de gestion) sont aujourd'hui utilisés par une très grande partie des entreprises. Pour donner un ordre d’idée, les revenus engendrés par la...
Comment développer efficacement les ventes d’une PME ?

Comment développer efficacement les ventes d’une PME ?

En tant que dirigeant de TPE ou PME, vous le savez mieux que quiconque, les ventes sont le nerf de la guerre. Une seule d’entre elles peut changer le bilan de votre année. Alors comment f...
ERP et PME : les bonnes pratiques de mise en oeuvre

ERP et PME : les bonnes pratiques de mise en oeuvre

Pourquoi déployer un ERP dans une TPE ou une PME ? Excellente question mon cher Watson… Et bien parce que les ERP sont d’excellents moyens de structurer son activité et d&rs...
PME : intégrer l’EDI à ses processus, pourquoi et comment ?

PME : intégrer l’EDI à ses processus, pourquoi et comment ?

L’EDI ou Échange de Données Informatisé est, pour rappel, le fait d’échanger de façon automatisée et informatisée des informations entre de...